Endormissement autonome sans laisser pleurer



Une des grandes difficultés à laquelle on a été confronté lorsqu’on cherchait à apprendre à notre fille l’endormissement autonome, c’était que tout le monde nous conseillait de la laisser pleurer un peu. Or nous sommes conscient du mal que cela peut provoquer, donc nous avions choisi de ne pas les écouter et de le faire à notre façon. Voici comment on a fait:

  • Durant les premiers mois, on endormait A de la façon la moins pratique possible. Sur le coup ça nous paraissait être normal, mais avec du recul je me dis maintenant : « on se prenait beaucoup trop la tête ». Ce qu’on faisait : on la mettait en gigoteuse (ou turbulette si vous préférez), on la mettait ensuite en écharpe, on lui donnait le petit doigt (on a l’impression que A est un bébé qui a toujours eu un fort besoin de succion) puis on faisait les cents pas. Dès qu’elle dormait (généralement au bout de 30mins - 1h) on faisait un largage comme on dit dans le milieu :) (ça désigne le fait de sortir le bébé endormi de l’écharpe pour le poser dans le lit). Les fois où elle se réveillait lors du largage, autant vous dire qu’on était au bord des larmes…

  • Vers ses 6 mois (oui on a tenu 6 mois comme ça….), on a décidé de l’endormir dans son lit, en restant allongé à côté d’elle, puis en lui donnant le petit doigt toujours. C’était moins chiant, mais les endormissements étaient longs… Et on ne va pas se mentir, on se fait chier pendant 1h à ne rien faire d’autre que de donner le petit doigt à son bébé…

  • Vers ses 1 an, on a décidé de franchir le pas, et d’arrêter de lui donner le petit doigt. La transition n’a pas été facile, mais on a tenu bon. Au lieu du petit doigt on lui faisait des caresses sur le dos jusqu’à ce qu’elle s’endorme, et on l’a fortement aidé à prendre son pouce en substitut du petit doigt. On sentait qu’on progressait, mais on était encore loin de l’endormissement autonome…

  • 3-4 mois après, on a décidé qu’on ne serait plus dans le lit avec elle pour dormir, mais simplement dans sa chambre (elle dort dans un lit au sol 1 personne adulte donc on avait la place d’être avec elle). On sentait qu’on progressait sur l’endormissement autonome, mais on n’y était pas encore. On est resté comme ça pendant encore 6 mois environ, mais les endormissements étaient de plus en plus longs… elle pouvait mettre jusqu’à 1h30 pour s’endormir, en alternant chouinement pour avoir un câlin (qu’on lui faisait bien sur), descendre du lit etc… Durant une semaine, elle a mis quasiment 1h30 à s’endormir tous les soirs, j’ai craqué, c’était la goutte d’eau qui a fait débordé le vase. Je me suis dit « dans 2 semaines elle dort tout seule c’est décidé ».

  • À partir de là, on a tout fait pour qu’elle dorme toute seule. On ne restait plus dans sa chambre pour l’endormir (simplement rituel du dodo, bisou, câlin et on partait). On s’était interdit de la laisser pleurer toute seule, mais on ne pouvait pas empêcher les pleurs, il fallait simplement les accompagner. Les premiers soirs étaient difficiles, on arrivait à peine à fermer la porte qu’elle se mettait à hurler en pleurant… Au fur et à mesure on arrivait à sortir de plus en plus longtemps. Et après plusieurs semaines, on l’avait notre endormissement autonome. Les sorties étaient encore un peu sportives (il fallait la convaincre de nous laisser sortir 😂) mais on était tellement content!!

  • Au moment où j’écris cet article, elle a 23 mois (quasiment 2 ans pour ceux comme moi qui n’aiment pas parler de l’âge en mois…) et l’endormissement autonome est acquis, cependant elle nous sollicite encore beaucoup avant de s’endormir. C’est à dire qu’elle met 30mins - 1h avant de dormir durant lesquelles elle nous appelle maximum 5-6 fois pour venir lui faire un bisou/câlin. Mais sinon, elle est toute seule dans son lit, elle se tourne, chante, se raconte des histoires etc…

Quand je vois le chemin qu’on a parcouru, je suis content d’être passé par toutes ces phases, mais avec du recul, elles auraient pu être plus courtes.

N’abandonnez pas vos principes éducatifs parce que vous êtes fatigués, ça en vaut la peine et vous en verrez les bénéfices plus tard.

40 vues0 commentaire